• Votre généraliste vous parle et vous conseille
  • Inscrivez-vous gratuitement à notre e-lettre d'information

Des informations sur la santé, les maladies et leur prévention, validées par des médecins généralistes

Ce site, réalisé par des médecins de famille, donne une information sérieuse et validée, indépendante de tout intérêt commercial, à toutes les personnes qui souhaitent mieux comprendre leur santé ou celle de leur entourage.

Placez le site mongeneraliste dans vos favoris : ses informations sur les maladies, ses dossiers et ses conseils pour veiller à sa santé seront ainsi disponibles facilement en cas de besoin !

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
et rejoignez-nous sur facebook !

Se coucher tard nuit

Respecter son sommeil, c’est investir dans sa santé!

sommeil nuitDe nombreuses personnes négligent leur sommeil au bénéfice d’activités de loisirs. Certaines perçoivent même le sommeil comme une perte de temps, un gaspillage d’heures de vie; pour eux, dormir 8 heures par jour revient à gâcher un tiers de sa vie.
Et si ces personnes avaient tout faux? Car le sacrifice d’heures de sommeil pourrait bien se faire au détriment de la santé et de l'espérance de vie.

Plusieurs publications scientifiques mettent en exergue l’impact de la durée et de la qualité du sommeil sur nos comportements et notre santé. 

Le déficit de sommeil

Quantitatif

La tendance générale dans nos sociétés est au grignotage des heures de sommeil, afin de privilégier les activités sociales, les loisirs (télévision, réseaux sociaux, etc) ou le travail.

Bon à savoir : L’usage de plus en plus répandu des écrans dans la soirée (télévision, ordinateurs, smartphones et tablettes) favorise des troubles du sommeil (lire sur ce site "Liseuses et tablettes perturbent le sommeil"). Ces occupations envahissent de plus en plus l’espace traditionnellement dévolu au sommeil et en conséquence, la durée du sommeil est raccourcie.

Qualitatif

Mais les désordres du sommeil se répandent également.

Les auteurs d'un rapport de l’American Heart Association estiment que l’insomnie concerne 5 à 15% de la population aux Etats-Unis, dont 30% signalent des troubles permanents. Les apnées du sommeil toucheraient entre 27 et 34% des hommes entre 30 et 70 ans, pour 9 à 28% des femmes de la même tranche d’âge.

En Belgique, selon l’enquête sur la santé des Belges, en 2013, 30% de la population âgée de 15 ans et plus signale des troubles du sommeil. Présents chez 24% des plus jeunes (15 à 24 ans), ces troubles deviennent plus fréquents avec l’âge.
On constate une augmentation importante du pourcentage de Belges souffrant de problèmes de sommeil en 2013, par rapport aux enquêtes menées en 2001, 2004 et 2008 (de 20-22% à 30%).

Des conséquences sérieuses

L’impact d’une durée faible de sommeil, tout comme celui des apnées du sommeil, sur les maladies cardiovasculaires et les désordres métaboliques est bien établi par des études de population:

  • risque accru notamment d’arythmies, d’athérosclérose, de maladie des coronaires, d’insuffisance cardiaque, d’hypertension, d’AVC...
  • risque accru d’obésité, de diabète de type 2 et de dyslipidémie.

Dans une revue synthétisant plus de 150 études et reprenant des données de plus de 5 millions de participants, les auteurs concluent qu’une durée (trop) courte de sommeil est significativement associée à la mortalité précoce (risque relatif 1,12), au diabète (risque relatif 1,37), à l’hypertension (risque relatif 1,17), aux maladies cardiovasculaires (risque relatif 1,26) et à l’obésité (risque relatif 1,38).

En outre, le manque de sommeil peut influencer l’évolution de ces affections, lorsqu’on en est déjà atteint.

• Plusieurs études épidémiologiques ont montré que les personnes ayant une durée de sommeil réduite par rapport à la moyenne (qui est de 7-8 heures de sommeil par nuit) ont plus de risque d’être ou de devenir obèse.
Dans ces observations, au moins on dort, au plus ce risque est prononcé (particulièrement pour des durées de sommeil inférieures à 4 heures par nuit). A l’inverse, pour chaque heure de sommeil en plus, l’IMC diminue statistiquement (± 0,35 point).
Autre constatation de certaines études, le risque lié à un sommeil trop court a des conséquences plus importantes chez les sujets jeunes que chez les plus âgés. 
• Diverses hypothèses tentent d’expliquer ces faits. Le manque de sommeil:
- perturberait le fonctionnement de l’organisme et provoquerait des changements métaboliques
- induirait des changement de comportement, par altération de la concentration, des capacités de jugement et de prise de décision, et ainsi altérerait le choix des aliments. Des études ont montré par exemple une augmentation des grignotages entre les repas, une moindre consommation de végétaux et une préférence pour les plats fortement épicés.
- accentuerait la fatigabilité en cas d’activités physiques, réduisant le niveau de ces dernières.
• Les liens de l’activité physique avec le sommeil semblent bidirectionnels, puisque certaines études montrent qu’un temps accru de sédentarité est associé à une moindre qualité du sommeil, alors que la pratique d’activités physiques réduit les plaintes de troubles du sommeil et de sensation de fatigue en journée.

Grasse matinée de rattrapage: une bonne idée?

Des chercheurs suédois ont mené une étude basée sur des données de plus 38.000 adultes participant à une enquête réalisée en 1997 et suivis jusqu’en 2010.
Lors de l’étude, les données ont montré que

  • les personnes de moins de 65 ans qui dormaient moins de cinq heures par nuit pendant sept jours par semaine avaient un taux de mortalité de 65 % supérieur aux personnes dormant de six à sept heures, sauf si elles récupéraient leurs heures de sommeil perdues durant le weekend. Dans ce cas-là, il n’y avait pas de différence de taux de mortalité.
  • Par contre, les grands dormeurs(huit heures ou plus chaque
    jour de la semaine) auraient un taux de mortalité légèrement supérieur à celui des personnes se contentant de six ou sept heures par nuit.

Les auteurs concluent que le fait d’avoir une période d’inactivité pourrait faire baisser le taux de mortalité chez les personnes n’ayant pas eu l’occasion de dormir assez durant la semaine: le fait de rattraper le sommeil en fin de semaine serait bénéfique. Les résultats de cette étude devraient cependant être confirmés par d'autres chercheurs. 

Se coucher tard… nuit *

On peut déduire des données scientifiques actuellement disponibles que ceux qui considèrent le sommeil comme une perte de temps, et en conséquence réduisent sa durée, pourraient réviser leur jugement. En effet, nous avons en moyenne besoin de 7 à 8 heures de sommeil par jour. Certains se sentent bien avec un peu moins, d’autres avec un peu plus. Mais le déficit de sommeil est dans tous les cas déconseillé! 

Vous pouvez lire sur ce site notre dossier consacré au sommeil, notre article "Impatience: les jambes aussi" et notre article "Insomnie: quand le sommeil pose problème".

Photos © in4mal - Fotolia.com & © Rido - Fotolia.com

Mis en ligne le 12/06/2018

* Emprunté à Raymond Devos.

Références
- Marie-Pierre St-Onge, Michael A. Grandner, Devin Brown, Molly B. Conroy, Girardin Jean-Louis, Michael Coons and Deepak L. Bhatt. Sleep Duration and Quality: Impact on Lifestyle Behaviors and Cardiometabolic Health: A Scientific Statement From the American Heart Association. Circulation. 2016;CIR.0000000000000444, published online before print September 19, 2016. 
O. Itani, M. Jike, N. Watanabe et al. Short sleep duration and health outcomes: a systematic review, meta-analysis, and meta-regression. Sleep Medecine. 2017; Volume 32, Pages 246–256
- T. Akerstedt et al. Sleep duration and mortality – Does weekend sleep matter? Journal of Sleep research. .

actualite header

Alcool: nouvelles recommandations du CSS

Alcool: nouvelles recommandations du CSS

Pas plus de 10 unités par semaine

Se coucher tard nuit

Se coucher tard nuit

Respecter son sommeil, c’est investir dans sa santé!

Voyages: Russie et autres destinations

Voyages: Russie et autres destinations

Quelques conseils aux amateurs de football et aux vacanciers…

  • Alcool: nouvelles recommandations du CSS

    Alcool: nouvelles recommandations du CSS

  • Se coucher tard nuit

    Se coucher tard nuit

  • Voyages: Russie et autres destinations

    Voyages: Russie et autres destinations

Nos derniers articles

Nos dossiers