• Pensez à vous faire vaccinner
  • Mutualité Chrétienne
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Le cancer de l'intestin

Anamnèse et amnésie

Vous serez parfois surpris(e) par les questions que votre médecin généraliste vous pose lors d’une consultation.

Vous allez le voir pour une constipation qui vous ennuie, et quelques minutes plus tard, vous parlez des maladies qui ont jalonné votre vie, du nombre de cigarettes que vous ne devriez peut-être pas fumer, voire de vos habitudes alimentaires.

Une sorte de jeu "question-réponse", presque un interrogatoire ! A ceci près qu’il se fait en douceur, sans cette lampe de bureau éblouissante que l’on peut voir dans les films de série B…
A ceci près surtout, que son but est de mieux vous connaître pour mieux vous soigner ! Chaque question est d’ailleurs le fruit d’un long apprentissage ; rien ne doit être oublié, de l’infarctus de votre grand-père à votre allergie aux oeufs.

Cet interrogatoire médical porte un nom savant: "anamnèse". Anamnèse, nom féminin qui provient du grec "ana" que l’on peut traduire par "en remontant" et de "mnêsis", la mémoire. C’est le souvenir qu’on fait resurgir, c’est la "réminiscence".

Devinette : quel est le plus gros obstacle que peut rencontrer un médecin lorsqu’il effectue une anamnèse ? Un patient amnésique bien sûr ! Amnésie : ce nom féminin provient également du grec, avec le "a" privatif et "mnêsis", la mémoire : c’est la perte totale ou partielle de la mémoire...
Il en existe de différents types : par exemple d’évocation, quand le rappel des souvenirs antérieurement fixés est impossible ; localisée ou lacunaire, quand elle se rapporte à une période de temps donné et parcellaire, quand elle porte sur des faits fragmentaires très localisés. Ces deux derniers types sont parfois très utiles d’ailleurs: "Mais je te jure, chérie, je ne me souviens absolument pas que tu m’as demandé d’acheter du pain...".
Lors d’un événement (comme un accident), l’amnésie est qualifiée de rétrograde quand elle porte sur des faits qui ont précédé cet événement. Elle est antérograde quand elle comprend les faits liés et postérieurs à l’événement. Dans ce cas, l’amnésique oublie les faits au fur et à mesure qu’ils se produisent. L’amnésie peut même être anté-rétrograde, voire générale. Bref, de quoi y perdre son grec…

Mise à jour 18/01/2011

Toutes nos définitions :