• Solidaris – Mutualité Socialiste
  • La violence psychologique
  • Le cancer de l'intestin
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Mutualité Chrétienne
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

Embolie

Le mot embolie vient du grec "embolon" qui signifie "l’éperon de navire" mais aussi la pointe, le coin. En résumé, quelque chose qui se coince. Et il est vrai que l’embolie est un blocage brusque d’un vaisseau sanguin par un corps étranger entraîné par la circulation.

"Corps étranger" n’est sans doute pas la meilleure expression, car la plupart proviennent directement de l’organisme. Ces "bouchons" sont des caillots de sang, des fragments de tumeur, des morceaux de graisse, etc.

Le bouchon bloque le passage du sang ; l'oxygène transporté par ce dernier manque alors aux tissus situés en aval. Les signes causés par une obstruction du vaisseau peuvent être très différents selon l’endroit où l’embolie survient. Si le bouchon bloque un petit vaisseau des poumons, c’est l’embolie pulmonaire: le poumon ne reçoit pas assez de sang, la respiration devient saccadée, difficile et une douleur apparaît. Lorsque le bouchon obstrue une artère au niveau du cerveau, les problèmes dépendent de la partie du tissu cérébral touché et de la fonction qui y correspond: on peut ainsi constater des troubles du langage, de la mobilité, de l’équilibre, etc.

Mais comment ces  "bouchons" peuvent-ils se retrouver dans la circulation ?
Des mécanismes différents peuvent être en jeu. Ainsi, lors d'une fracture, l’os cassé libère des particules de graisse contenue dans sa moelle; lors d’un cancer, un groupe de cellules malignes peut s’échapper dans la circulation, etc.

Un caillot sanguin peut aussi se former chez des personnes prédisposées : il suffit que le sang stagne un moment pour que débute le processus de coagulation. Cela arrive notamment lorsque le coeur a des ratés (arythmie cardiaque comme une fibrillation auriculaire par exemple), ou lorsque les parois d’une artère sont abîmées ou encore lorsque les jambes restent immobilisées de longues heures (suite à une opération, ou lors d'un long voyage en avion). Ce processus s'appelle la thrombose. Evident lorsqu’on sait que "thrombos", en grec, veut dire caillot. On parle de "phlébothrombose" en présence d’un caillot flottant, c’est à dire peu adhérent dans une veine, alors que la "thrombophlébite" décrit la situation lorsque le caillot est large, solide et adhérent. 

Mise à jour le 29/01/2013

Toutes nos définitions :