• Mutualité Chrétienne
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Pensez à vous faire vaccinner

Veisalgie: nom savant de la "gueule de bois"…

Tout le monde, ou presque, a déjà connu les affres de la veisalgie. La veisalgie ? Plus connue sous son appellation courante de "gueule de bois", elle est l'invitée des lendemains (de la veille). 

Ce mot provient du norvégien kveis (un inconfort succédant à la débauche) et du grec algia (la douleur). 

Avec ses symptômes divers et d'intensité variable, cet état survient dans les heures suivant une consommation excessive d'alcool, quand l'alcoolémie décroit. Il traduit des effets toxiques de l'alcool sur l'organisme, et en particulier le foie et le cerveau.

Ce phénomène désagréable peut parfois apparaître à partir du premier verre. Au-delà de 5, il concernerait presque tout le monde. Néanmoins, il existe des seuils de sensibilité individuels très différents à la gueule de bois.

De nombreuses idées fausses circulent sur les moyens d'éviter la gueule de bois. En réalité, une seule attitude est pertinente : consommer avec modération.

La chasse aux toxiques

La gueule de bois reste un trouble complexe, pas totalement élucidé, et causé par plusieurs facteurs. Plusieurs substances liées aux boissons alcoolisées entraînent une série de perturbations dans le foie et dans le reste de l'organisme. C'est le cas au premier chef de l'éthanol lui-même, tout comme de produits issus de la fermentation de l'alcool ou ajoutés lors de son processus de production. 

La consommation d'alcool provoque aussi, entre autres, une dilatation des vaisseaux sanguins (puis leur contraction), qui pourrait être à l'origine des symptômes ressentis au niveau de la tête.

Les boissons alcoolisées sont également à l'origine d'une déshydratation : en soi, elle ne provoque pas la gueule de bois, mais elle augmente ses effets.

Il faut environ 1h30 à l'organisme pour assimiler un verre d'alcool. Lorsque l'on boit davantage, on dépasse les capacités des enzymes chargées de dégrader l'alcool. Ce dernier s'accumule dans le sang et les mécanismes enclenchés par l'organisme entraînent alors certains effets du lendemain de la veille.

Feu orange : L'alcool peut déclencher une crise de migraine chez les personnes sensibles à cette affection.

Le temps de l'élimination

Les plus fréquents des symptômes ? Une sensation de faiblesse, de fatigue, des difficultés de concentration, des nausées, des vomissements, des maux d'estomac, des crampes gastriques, des maux de tête, une hypersensibilité au bruit et à la lumière, une sensation de soif. Mais, aussi, une baisse de la vigilance et de la mémoire.

Attention : Pendant une gueule de bois, les performances au volant sont diminuées.

Eloigner la crise

En modérant sa consommation, on se donne le plus de chance d'échapper à la gueule de bois.

Quand on boit de l'alcool, il est conseillé de consommer aussi beaucoup d'eau (par exemple, au moins 1 verre d'eau pour chaque verre d'alcool), de le faire à nouveau avant d'aller dormir... et de continuer en cas de gueule de bois.

Mieux vaut éviter les mélanges : ils ne changent rien à la concentration d'alcool dans l'organisme, mais ils augmentent le risque d'être confronté aux effets des différents composants présents dans la boisson.

Contrairement aux idées reçues, en cas de mélange, l'ordre des boissons ingérées ne modifie en rien les symptômes du lendemain de la veille.

Bon à savoir : En mangeant suffisamment avant de boire, on ralentit l'imprégnation alcoolique et on diminue la stimulation de la muqueuse de l'estomac, ce qui réduit le risque ultérieur de vomissement.

Les vertus du temps

La gueule de bois est là ? Méfiez-vous des conseils de grand-mères ou des "astuces" trouvées sur Internet : ils sont loin d'être toujours opportuns.

En fait, il n'existe aucun remède, aucun médicament, aucune vitamine ou complément alimentaire miracle. Le temps est le meilleur des traitements : les symptômes perdurent rarement plus de 24 heures Le repos aide aussi, mais il n'exclut pas d'aller prendre l'air.

Des fruits frais, du pain complet permettent de rétablir le taux de sucre dans le sang. Le café n'est pas recommandé : il "gomme" la fatigue, peut irriter un estomac déjà mal en point et il accentue la déshydratation.

Contre les maux de tête, mieux vaut éviter l'aspirine et l'ibuprofène qui accroissent le risque d'hémorragie gastrique ou de brûlures d'estomac.
Le paracétamol leur sera préféré, à condition de ne pas souffrir de cirrhose du foie (1g au maximum, renouvelable 6 heures plus tard à la même dose).

Attention : Une gueule de bois ne se calme pas et ne se résout pas avec un verre d'alcool.

Feu vert : Après une gueule de bois, pour permettre au corps de récupérer, autant ne pas boire d'alcool pendant au moins deux jours.

Toutes nos définitions :