• Pensez à vous faire vaccinner
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin

Brûlure : aucune n'est anodine

De la vapeur, un objet chaud, un liquide bouillant, un feu, un appareil défectueux, un produit chimique ou des radiations... : les brûlures résultent de causes très différentes.

brlureLire notre résumé.

Elles entraînent une lésion du revêtement cutané (la peau).
Leur gravité et leurs séquelles varient selon l'agent en cause, la température et la durée de l'exposition, la taille et de la profondeur de la blessure, la zone touchée, la présence de brûlures des voies respiratoires, et l'âge des victimes : les enfants et les personnes âgées ont la peau plus fine et courent davantage de risques.

Une brûlure nécessite des soins immédiats et rigoureux, afin d'en limiter les conséquences et notamment d'éviter les infections.

La règle d'or en cas de brûlure ?

Immédiatement, il faut l'arroser d'eau fraîche (température 15 degrés environ) et continuer à le faire pendant 20 minutes. Evitez de mouiller d'autres parties du corps pour éviter une baisse de la température centrale (hypothermie). 
Selon la gravité de la blessure, le recours à un médecin généraliste, à un service d'urgence ou à l'un des 6 hôpitaux belges spécialisés dans les soins aux brûlés peut s'imposer.

 Feu vert : Adoptez des mesures préventives : placez des détecteurs de fumée, respectez les règles de sécurité à la cuisine, autour d'un feu, d'une friteuse ou d'un barbecue. Et n'oubliez pas que l'exposition excessive au soleil peut aussi provoquer des brûlures !

Feu orange : 70 % des brûlures surviennent au domicile. Plus de la moitié d'entre elles touchent des enfants de moins de 5 ans (1).

Une brûlure n'est pas une autre

On distingue classiquement 3 degrés de gravité pour les brûlures ou, selon une classification plus simple et plus récente, les blessures profondes, qui nécessitent un traitement, et les brûlures superficielles, qui guérissent spontanément.
Mais l'appréciation de la gravité d'une brûlure reste difficile, même pour les spécialistes. Il est également fréquent qu'une même brûlure associe différentes stades (plus profonde au centre et plus superficielle en périphérie, par exemple). 

Les brûlures du 1er degré, superficielles, atteignent uniquement l'épiderme (la couche superficielle de la peau). Elles provoquent une rougeur et de vives douleurs mais peuvent guérir sans intervention médicale. C'est le cas, par exemple, de certains coups de soleil.

Au 2è degré, la lésion de l'épiderme se double de celle d'une portion variable du derme. Outre les douleurs, des cloques apparaissent. Selon qu'il s'agit d'une 2è degré superficiel ou profond, la brûlure guérit avec des soins plus ou moins importants, en quelques semaines ou davantage, mais avec un risque de cicatrices ou de contractures s'il s'agit d'un 2è degré profond.

Une brûlure du 3è degré atteint toute l'épaisseur du derme (et parfois même les muscles et les os) : elle est indolore car elle détruit les terminaisons nerveuses. Elle exige un traitement médical et chirurgical car elle ne peut pas guérir spontanément.

Les bonnes réactions

Vite, de l'eau !

L'eau fraîche (15°C) , appliquée dès que possible et pendant 15 à 20 minutes, permet de limiter la gravité d'une brûlure et de faciliter la guérison. En aspergeant d'eau la blessure, on diminue la température de la peau et on évite que la chaleur de la brûlure continue à aggraver les lésions en profondeur. De plus, ce geste soulage la douleur.

L'eau glacée et la glace sont à éviter absolument car ils provoquent une contraction des vaisseaux sanguins, ce qui aggrave les lésions.

En cas de brûlure chimique, il faut rincer la plaie avec de l'eau tiède pendant au moins 30 min pour diluer le produit toxique (et protéger la peau saine pour ne pas la contaminer). Si la blessure se trouve sous des vêtements, retirez ou découpez ces derniers, sauf s'ils collent à la peau.

Pour des brûlures du 1 ou du 2è degré non profondes, d'une taille inférieure à une pièce de 2 euros, des soins peuvent être pratiqués à la maison.

Consultez rapidement votre médecin généraliste lorsque la blessure est profonde, ou supérieure à la paume d'une main (ou moins, chez un enfant), si elle se situe à une articulation ou touche le visage, les mains, la plante des pieds, les organes génitaux, les aisselles (en dessous des bras), les plis derrière le genou.
Faites appel au 112, voire d'emblée à un centre pour grands brûlés si la brûlure est très étendue ou semble toucher les muqueuses respiratoires. 

Feu orange : Certaines brûlures dues à un agent chimique peuvent s'accompagner d'une intoxication par le produit toxique. En cas de doute, téléphonez au Centre Anti-Poison (070 245 245).

Feu vert : Pour une brûlure dépassant le stade du 1er degré, si vous n'êtes pas en ordre de vaccin contre le tétanos, consultez votre médecin généraliste.

De meilleurs traitements

Au domicile, les soins des brûlures exigent une hygiène parfaite. Lavez-vous les mains, puis nettoyez et désinfectez la lésion avec des compresses. Ne percez pas les cloques. Recouvrez la brûlure d'un pansement stérile spécial (hydrocolloïde ou film de polyuréthane) ou de vaseline stérile et de compresses stériles.

Pour les brûlures plus importantes, les soins seront souvent donnés par votre médecin ou un(e) infirmier(e).

Pour les brûlures graves, il faut faire appel à des greffes de peau, une chirurgie reconstructrice et des techniques de revalidation, associées à une prise en charge de la douleur et des conséquences psychologiques, pour tenter de limiter au maximum les séquelles.

Feu orange : Si, malgré des soins, la brûlure redevient chaude, si elle gonfle et fait souffrir, une consultation médicale s'impose.

Feu rouge : Gare aux idées fausses : sur une brûlure, il est déconseillé d'appliquer du beurre, de l'huile, du vinaigre... Pas plus que des glaçons, qui aggravent la destruction des tissus.

♦ Lors d'une brûlure par une source de chaleur, l'eau fraîche (15°C) doit appliquée dès que possible et pendant 15 à 20 minutes. Elle permet de limiter la gravité d'une brûlure et de faciliter la guérison.
♦ En cas de brûlure chimique, il faut rincer la plaie avec de l'eau tiède pendant au moins 30 min pour diluer le produit toxique (et protéger la peau saine pour ne pas la contaminer). Si la blessure se trouve sous des vêtements, il faut les retirer.
♦ Une consultation du médecin généraliste est recommandée. En cas de brûlures très étendues, appelez le 112. 
♦ On distingue les blessures profondes, qui nécessitent un traitement, et les brûlures superficielles, qui guérissent spontanément. 

Photo © Alex Bramwell - Fotolia.com

Mise à jour le 15/12/2014

Références
- (1) Fondation belge des brûlures 
- Brûlures cutanées sans gravité d'origine thermique. Rev Prescrire 2011 ; 31 (328) : 122.
- Evaluer la gravité d'une brûlure de la peau. Rev Prescrire 2011 ; 31 (328) : 118-119.
- Brûlures. Article ID: ebm00375(018.040). www.enmpracticenet.be. Site réservé aux médecins.